Technologies de protection contre la foudre.

Paratonnerres Aplicaciones Tecnológicas - Spécialistes en protection contre la foudre, protection contre les surtensions et détecteurs d'orage

APLICACIONES TECNOLÓGICAS UTILISE DES COOKIES SUR CE SITE

Pour plus d’Information sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Charte d’utilisation des cookies.

En cliquant sur «Accepter et continuer », vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre ordinateur.

Nous souhaitons vous tenir informé de toutes les nouveautés concernant les Systèmes de Protection contre la Foudre (paratonnerres, protection contre les surtensions, détecteurs d’orages), les mises à jour des normes existantes, le développement de formations spécialisées et de séminaires techniques organisés par Aplicaciones Tecnológicas et les diverses applications et téléchargements possibles développés par notre entreprise.

La règle 30/30 n’est pas un système fiable dans la prévention d’accidents causés par la chute de la foudre

22/11/2018

Dans le domaine de la protection contre la foudre et des mesures de prévention, la règle dite de 30/30 est communément connue comme l’une des mesures « artisanales » de protection contre l’impact de la foudre.

Avant d'expliquer pourquoi la règle 30/30 n'est pas fiable et comporte des risques, clarifions quelques concepts sur lesquels repose cette croyance populaire et sur quoi elle est basée.

foudres et la régle 30-30 comme mesure de prévention    

Qu'est-ce que la règle 30/30 comme mesure de protection contre la foudre et en quoi consiste-t-elle ?

La règle 30/30 est une recommandation visant à prévenir le risque de foudre lors d'un orage électrique, indiquant qu'il est temps de chercher refuge et lorsque le danger est passé.

Cette règle est basée sur la méthode flash-to-bang, qui stipule que du moment où on voit un éclair et que le son du tonnerre est entendu moins de 30 secondes après, cela signifie que l'orage se situe à moins de 10 km et que, par conséquent, le danger approche.

Selon la règle 30/30, il est recommandé de rester protégé à l'intérieur d'un bâtiment ou d'un véhicule pendant les 30 minutes qui suivent le dernier coup de tonnerre que nous avons entendu. Cela signifie-t-il qu'à la 31e minute après avoir entendu le dernier coup de tonnerre, nous sommes hors de danger ? Si au lieu de compter 30 secondes, je compte 31 secondes cela signifie-t-il qu’il n’y a aucun danger ? Et si je ne vois pas, ni n'entends le dernier coup de foudre, que se passe-t-il ?

On sait aujourd'hui que cette estimation est trop imprécise et que, selon les statistiques, la majorité des personnes blessées par la foudre ont été touchées avant ou après l'orage électrique, et non pendant. Le fait que des personnes pensent à tort qu’elles sont hors de danger augmente le risque d’accidents.

Bien que l'on sache déjà à l'heure actuelle que cette méthode n'est pas efficace, elle est toujours recommandée, souvent par méconnaissance. Seuls les systèmes de détection de la foudre fiables peuvent avertir du risque de chute de la foudre de manière efficace.

Il est important de faire la distinction entre les méthodes fiables, fondées sur la technologie et la science, et les méthodes faisant partie des connaissances populaires. Les personnes qui prennent des décisions en matière de sécurité dans les lieux publics, lors d'événements de grande envergure ou sur des lieux de travail en extérieur, doivent fonder leurs décisions sur des données fiables et utiliser des systèmes efficaces.

risque de foudres en événemets en espaces ouverts

Pourquoi la règle des 30/30 n'est pas un bon conseil pour se protéger de l'impact de la foudre ?

Pour comprendre pourquoi la règle 30/30 ne devrait pas être suivie, il est nécessaire d'expliquer brièvement quels sont les problèmes et les inconvénients de cette méthode qui se dit préventive :

  • Lors du calcul du risque de foudre, il est déconseillé de considérer uniquement la distance à laquelle elle se situe. La foudre peut se déplacer de plus de 10 kilomètres (6 miles) à l’intérieur d’un orage électrique.

D’ailleurs certaines études, telle que celle du chercheur Ronald L. Holle, Some Aspects of Global Lightning Impacts, indiquent que plus de 80% des blessures et des décès dus à la foudre sont survenus en dehors de la zone touchée par l’orage. Pour cette raison, il est déconseillé de prendre en compte uniquement l'emplacement où se trouve la foudre. Il est essentiel de mesurer les deux champs, électrostatique et électromagnétique, afin que le détecteur de foudre puisse localiser le risque de chute de coups de foudre éloignés et à proximité.

  • La règle des 30/30 est une méthode de prévention trop imprécise pour que les responsables de sécurité dans les écoles, les stades, les aéroports ou les industries puissent prendre des décisions fiables sans prendre de risque.
  • Selon les conditions et la situation, il peut être difficile de compter les éclairs et le tonnerre en conditions orageuses. Compter les secondes entre les éclairs et le tonnerre nécessite qu’il n’y ait pas beaucoup de sons qui interfèrent (ce qui est parfois compliqué dans le cas des industries) et d’observer le ciel sans pouvoir effectuer une autre activité.
  • La formule 30/30 permet de détecter un maximum d’orages dans un rayon de six miles (10 Km), bien que les experts s’accordent à penser qu’il faut utiliser des alertes d’un minimum de dix miles (16 Km), distance à laquelle l’oreille humaine ne peut pas entendre le tonnerre.
  • Le temps d'alerte proposé par la méthode 30/30 est insuffisant dans les cas où le refuge n'est pas fermé ou dans les industries où l'application de protocoles de sécurité peut nécessiter une durée plus longue.
  • La mesure préventive visant à maintenir le niveau de risque élevé pendant les 30 minutes qui suivent le dernier coup de foudre peut être insuffisante dans certains cas et donc dangereuse. Mais aussi, dans d'autres cas, cela pourrait représenter une période de prudence excessive alors qu'il n'y a pas de danger de foudre. Dans le cas de grands événements sportifs télévisés, une interruption excessive de l’activité dépassant ce qui est nécessaire peut entraîner des pertes économiques importantes.

Le grand avantage d'un détecteur de foudre de haute technologie est que, grâce à la mesure combinée des champs électrostatiques et électromagnétiques, les données sont précises et lorsque le risque disparaît, les alertes peuvent être supprimées instantanément.

  • La méthode 30/30 ne sera jamais utile si la première décharge de l’orage se produit directement sur le lieu à protéger, car nous n'entendrons ni ne verrons aucun coup de foudre antérieur et nous n'aurons donc pris aucune mesure préventive.
  • - La règle 30/30 n'est reconnue dans aucune des normes nationales ou internationales en matière de protection contre la foudre, ni dans la norme spécifique d'alertes aux orages IEC 62793.

la regle 30-30 n'est pas fiable en protection contre la foudre

Comment fonctionne un système de détection de la foudre fiable ?

Pour que les données envoyées par un système de détection de foudre soient fiables, le système doit comporter un capteur de champ électromagnétique et un capteur de champ électrostatique. Sans les deux capteurs, il ne peut être garanti que les alertes reçues seront efficaces. Le capteur de champ électrostatique évalue les conditions sur le site de détection pour proposer des alarmes lorsque le champ augmente, ce qui se produit avec une avance suffisante à la chute du premier coup de foudre dans la zone.

De plus, l'action combinée des deux capteurs permet de réduire les temps d'arrêt qui se traduisent par des réductions de coûts significatives dans le cas des industries.

ATSTORM®, le système de détection de la foudre d’alerte locale précoce

Le détecteur de foudre ATSTORM® est le système expert local de prévention des risques liés à la foudre.

Ce système, développé par Aplicaciones Tecnológicas, permet une détection dans toutes les phases de l’orage. Le dispositif surveille les champs électrostatiques et électromagnétiques, permettant une plus grande anticipation du risque local de foudre.

Le capteur de champ électrostatique permet de détecter les orages électriques en formation sur la cible, par augmentation du champ électrostatique. Cela se traduit par des dizaines de minutes d'alerte précoce.

Par ailleurs, le capteur de champ électromagnétique permet la détection de la foudre dans les orages électriques actifs approchant de la cible dans un rayon de jusqu'à 40 km.

Concernant le système ATSTORM®, les alertes de risque sont reçues par plusieurs voies : téléphones mobiles, tablettes, portail Web privé, courriers électroniques et via le fonctionnement à distance de dispositifs d'alerte. Cela facilite la gestion et le contrôle des risques par les responsables de sécurité, ainsi que la prise de décision.

Si vous souhaitez plus d'informations sur le système de détection d'orage ASTORM®, vous pouvez demander un rendez-vous téléphonique avec l'un de nos experts.